Toutes les nuits

Airs de cours et de ballet du Grand Siècle

12988

CONCERTS

02.02.19 _ 20:30

Versailles

03.02.19 _ 16:00

Metz

Contrepoint du fastueux Ballet royal de la 
Nuit de 1653, ce programme mêle violes, flûtes et luths aux chanteurs pour récréer dans une atmosphère plus intimiste tout
l’univers de la Nuit : depuis la tombée du
jour aux monstruosités cauchemardesques
pour aboutir au lever de l’Aurore, métaphore du Printemps et des amours
nouvelles.

Parmi les grands maîtres de
musique de la cour de France au XVIIe, Antoine Boësset est probablement la personnalité
musicale qui aura suscité le plus
d’enthousiasme et de passion : ses airs sont
imprimés en nombre et apparaissent pour
certains dans les grands ballets royaux
 depuis la fin des années 1610 jusque bien
après sa mort. On y trouve un dialogue orphique teinté d’une nuit éternelle dans les profondeurs des enfers, ou les ombres errantes des songes renversant l’ordre naturel des choses et semant l’effroi de jour dans les esprits. Dans Le Récit de la nuit, ce sont tous les arcanes obscures, des amants passionnés aux rencontres équivoques qui sont évoquées par la Nuit qui promet de donner refuge à ses fidèles et de les protéger du jour.

En contrepoint des visions et scènes fantastiques de la nuit, Sub Umbra Noctis – pour basse seule, évoque les profondeurs d’une nuit cathartique pleine des tourments et des remords des pécheurs qui annoncent et préparent le renouveau du jour. Exécutées généralement dans l’intimité des salons et des oratoires, ces airs repris à souhait et qui ont fait le succès de grands ballets ainsi que ces liturgies très personnelles pour voix soliste étaient vouées à des cérémonies confidentielles mais leur intensité et leur passion demeurent un feu ardent qui brûle au milieu de toutes les nuits.

Copyright 2017 Ensemble Correspondances - Tous droits réservés

PartagerTw.Fb.Pin.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!