Sacrées Histoires, sacré métier de Charpentier à Versailles

« […]

L’ensemble de la distribution impressionne surtout par la beauté des ensembles (et le naturel certain dans le chant du latin à la française). Violaine Le Chenadec appartient à une certaine typologie de voix baroque, droite et directe (concentrée sur la fondamentale car pauvre en harmonique). Autre jeune voix soprano appliquée, Caroline Arnaud est à son aise sur scène. Davy Cornillot a un volume, une portée et une résonance mesurés, dans des phrases très articulées. Également ténor, mais appuyé, Constantin Goubet est pourtant tendre, Etienne Bazola sculpte un Valérianus noble, doux baryton, au menton (mais non pas au chant) penché vers le bas. Enfin, basse et baryton-basse, Nicolas Brooymans et René Ramos Premier sont deux colosses physiques, vocalement placés. L’Ensemble Correspondances leur offre une interprétation instrumentale souple, tout en longueur de sons. Les musiciens investis sont dirigés de la main gauche par Sébastien Daucé lorsqu’il ne joue pas du clavecin, un instrument qui coupe en deux l’effectif symétrique, chacun composé d’une flûte, deux violons et deux violes de gambe, tandis qu’un orgue répond à un théorbe.

Les artistes vocaux referment ce livre d’Histoires Sacrées en formant une ligne sur les hauteurs du praticable. Ils s’adressent alors directement au public, renforçant leur catéchisme édifiant par des gestes baroques rappelant immédiatement ceux qu’avait repris Benjamin Lazar pour Le Tremblement de Terre d’Antonio Draghi en ouverture de cette Semaine Sainte à la Chapelle Royale. […] »

Charles Arden, Ôlyrix, 9 avril 2018

Lire l’article en entier

 

 

Copyright 2017 Ensemble Correspondances - Tous droits réservés

PartagerTw.Fb.Pin.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!