«L’ensemble Correspondances et Sébastien Daucé, dont « l’interprétation brillante et délicate de l’opéra de Charpentier Le Chant d’Orphée a été une véritable révélation auprès du public »

«L’ensemble Correspondances et Sébastien Daucé, dont « l’interprétation brillante et délicate de l’opéra de Charpentier Le Chant d’Orphée a été une véritable révélation auprès du public »

Article complet

« Près de 5 000 festivaliers ont participé aux Nuits musicales d’Uzès 2017, qui enregistrent encore un beau succès avec un taux de fréquentation du public de 90%.  Éric Desnoues, directeur artistique, détaille un compte-rendu de notes fort éclairées : quatre concerts dédiés à la voix ont ouvert le festival à la cathédrale Saint-Théodorit sous des formes variées, avec le récital de la star des contres ténor, Max-Emanuel Cencic « qui nous ont fait découvrir les œuvres de Zelenka », l’ensemble Correspondances et Sébastien Daucé, dont « l’interprétation brillante et délicate de l’opéra de Charpentier “Le Chant d’Orphée” a été une véritable révélation auprès du public », le Royal Holloway Choir London dont « la vocalité aérienne, propre aux meilleurs chœurs britanniques, s’est merveilleusement exprimée dans les polyphonies anglaises de la Renaissance et du XIXe siècle » et enfin le chœur Accentus et Insula orchestra, dirigés par Laurence Equilbey, souverains dans l’interprétation d’une messe en ut mineur de Mozart qui fera date dans l’histoire du festival.

L’ensemble de voix de femmes Calliope dirigé par Régine Théodoresco, a transmis au public, dans le cadre recueilli de l’église Saint-Étienne, « l’émotion et la beauté d’œuvres souvent oubliées, composées pour les couvents de l’Italie baroque, n’hésitant pas à émailler le programme de courtes pièces contemporaines qui faisaient judicieusement échos à celles du passé ». Dans la cour du duché d’Uzès, Les Siècles romantiques et Jean-Philippe Dubor ont interprété la Messa di Gloria de Puccini et l’ouverture de La Forza del Destinode Verdi, précédées de l’hymne monégasque, donné en l’honneur de la présence au concert du prince Albert II de Monaco. Toujours dans la cour du duché, Barry Douglas a magistralement dirigé du piano, la Camerata Irlande, « accomplissant l’exploit de jouer deux concertos, le n° 20 de Mozart et le “la” mineur de Schumann ».

Dernier concert de ce festival, un hommage à Django Reinhardt a été rendu par les grands noms de la musique manouche : Stochelo Rosenberg, Hono Winterstein et le Django Memories Project qui ont enregistré la bande originale du récent film dédié au légendaire musicien de jazz. Cette 47e édition des Nuits musicales d’Uzès a tenu ses promesses et a permis au public de vivre des moments musicaux inédits et de grande qualité. »

Copyright 2017 Ensemble Correspondances - Tous droits réservés

PartagerTw.Fb.Pin.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!